Collection Humbert

Artisans du bois

Le Musée des Arts Populaires de Laduz (Bourgogne) vous invite à redécouvrir à travers la richesse de ses collections les Métiers du Bois, de l’abattage des arbres par les bûcherons au savoir-faire des menuisiers et des charpentiers.

Vous découvrirez les outils, les oeuvres et les techniques de travail ancestrales de tous ces artisans.

Le Bûcheron

Clef de voûte de tous les métiers du bois, le métier de bûcheron revêtait un certain prestige. Son travail demandait une très grande résistance physique. Suivant le diamètre de l’arbre, il pratique l’égobelage, puis l’ébranchage, avant d’attaquer l’arbre à la cognée, à la hâche ou au passe-partout.

Le Scieur de Long

Une fois l’arbre abattu, le travail des scieurs de long commence pour transformer la bille de bois en planches. L’équarissage du tronc effectué, il était placé sur “la chèvre”, imposant chevalet pour y être scié. Les deux artisans actionnaient en cadence la longue scie. Ce travail très dur a été progressivement remplacé par les scieries hydrauliques.

Le Menuisier

Corporation née de l’éclatement de celle de charpentier en 1371, la profession se divisait en huissiers, ouvriers parqueteurs, sculpteurs ornementistes, ébénistes. Le menuisier utilisait un large éventail d’outils pour effectuer la complexité des gestes : égoïne, varlope, rabot, bouvet, guillaume, ciseaux, bédane, vilebrequin, chignolle, drille, maillet…

Le Charpentier

Le charpentier jouit dès le Moyen-Age d’une grande réputation de savoir. La complexité de la charpente l’amène à connaitre les règles de mathématiques et de géométrie. Son travail consiste à créer toutes sortes de travaux et d’ouvrages en bois, représentant différentes formes : droites, courbes, torses et retorses. Les compagnons charpentiers ont tous réalisé des chefs-d’oeuvre, pièces exceptionnelles de complexité, en l’honneur de St-Joseph, leur Saint Patron.

Le Charron

Le métier de charron, né de la scission avec les forgerons, consistait à la fabrication des attelages et des voitures pour les chevaux et les bovins. Mais leur savoir réside essentiellement dans le façonnage des roues à moyeu. Il utilisait des bois résistants : l’orme pour les moyeux et les jantes, le chêne pour les rayons des roues et le frêne pour les brancards.

Le Sabotier

Le sabotier est une corporation importante au 19e siècle tant par le nombre d’artisans que par leur rôle économique. Les sabots s’usent très vite particulièrement à la campagne pour le travail des champs. Un bon ouvrier sabotier réalise six ou sept paires de sabots dans sa journée, de la taille de la bûche au paroir à la creuse des sabots et à sa décoration sculptée à l’aide de la rainette.

Le Tonnelier

Appelé au Moyen-Age barilleur, le tonnelier se distingue du foudrier qui lui construit d’énormes tonneaux, les foudres, pouvant contenir 350 hectolitres de vin. Le tonnelier utilise surtout le chêne, mais aussi le châtaigner, le frêne ou l’acacia. L’une des particularités de son savoir-faire est la confection des douelles, lames concaves ou convexes, garantes de l’hermétisme du tonneau.

Le Vannier

Métier séculaire, le vannier travaille l’osier blanc ou l’osier gris et la paille de seigle pour confectionner toutes sortes d’objets tressés d’utilité courante, notamment pour le rangement (valises, paniers…). On distingue deux techniques d’entrelacement des brins, le travail en plein et le travail à jour : dans la première, les brins sont entrelacés horizontalement sans espacement entre eux, et dans la seconde, ils sont espacés régulièrement.

tonneliersabotier

vanniers

chef-d-oeuvre-charpentiercollection-outils-menuiseri maquette-atelier-charron maquette-atelier-menuisiervannier-moules-fromage