Le DVD du Musée de Laduz

Produit pendant l’été 2008, Le DVD du Musée de Laduz est désormais disponible à la boutique du Musée de Laduz ou bien par correspondance sur ce site.

Produit pendant l’été 2008, Le DVD du Musée de Laduz est désormais disponible.

Commandez en ligne
Un musée d’art populaire.

Je me suis baissé pour ramasser des choses qui étaient par terre et sur lesquelles on allait 
marcher avec indifférence. —Raymond Humbert

Laduz, (entre Joigny et Auxerre) un petit village qui égrène ses maisons entre champs et bosquets. Là, Raymond et Jacqueline Humbert ont, depuis 1977, conçu, construit et agrandi, avec leurs trois fils, les bâtiments qui abriteront leurs collections.

Le dos du DVD de LaduzDepuis leur rencontre aux Beaux-Arts de Paris en 1958, Raymond et Jacqueline Humbert, passionnés d’art populaire ont sillonné la France d’ateliers en greniers, de ferrailleurs en brocanteurs à la recherche d’un patrimoine rural qui disparaissait dans l’indifférence.

Grâce à des collections patiemment assemblées, on plonge dans le passé des métiers, quand ceux-ci étaient un art : outils, objets insolites et oeuvres de patience, documents écrits et photographiques. Le besoin d’apprendre, de comprendre et de transmettre cette culture rurale de la fin du XVIIIe au début XXe siècle, les a conduit à la faire partager.

Après la restauration des outils et le travail de classement, en 1986, ils ouvraient leur musée au public.

  • les artisans de bois, du fer, du cuir, de la pierre, de la terre, du textile.
  • les jouets populaires, patrimoine de la tendresse, le jouet ouverture à la vie.
  • la sculpture populaire, oeuvres symboliques, poétiques, oeuvres de patience…
  • la mémoire des campagnes, objets de la vie quotidienne, du labeur à la fête.
  • la marine populaire, ex-voto, maquettes de bateaux, croix de mariniers…Quel singulier parcours que celui de Raymond Humbert, Premier Grand Prix de Rome de peinture qui le mena à la réalisation du Musée Rural des Arts Populaires de Laduz dans l’Yonne. Il 
construisit et créa “ son “ musée, poursuivant de manière quasi-secrète sa pratique du dessin et de la peinture. Philippe Chabert